CFC in the News 2003
L’express

La Voix Contestee du Vatican

 

Des associations reprochent au Saint-Siège ses positions et veulent remettre en question son statut d’Etat non membre observateur permanent aux Nations unies

Créé en 1929, c’est le plus petit «pays» du monde – 0,44 kilomètre carré – mais pas le plus démocratique, d’autant qu’il est peuplé d’une poignée de citoyens temporaires presque tous masculins. Pourtant, le Saint-Siège dispose depuis 1964 d’un statut privilégié aux Nations unies, celui d’ «Etat non membre observateur permanent» – dans les années 1920, la Société des Nations avait refusé de lui accorder une telle position. Ce statut lui octroie le droit d’intervenir et de voter dans les conférences de l’ONU, d’inscrire des points à l’ordre du jour de l’Assemblée générale et d’exercer son leadership auprès des Etats partageant ses vues, notamment en matière de santé reproductive.

Ce «privilège» est aujourd’hui dénoncé par l’organisation américaine Catholics for a Free Choice (CFFC), qui vient de lancer avec le Mouvement français pour le planning familial le volet hexagonal d’une campagne mondiale de signatures. «Le Saint-Siège est le seul Etat à représenter non pas sa population, mais une religion. Et il n’y a pas de raison pour que cette seule confession jouisse d’un statut d’exception, alors qu’elle devrait, comme les autres, être considérée comme une ONG», martèle Frances Kissling, présidente de CFFC. Cette association catholique réformatrice, qui interpelle l’Eglise notamment en matière de droits des femmes et d’accès à la contraception et à l’avortement, accuse le Vatican de «défendre des positions religieuses sectaires et non des orientations gouvernementales de politique publique», et d’accorder la priorité à «des préoccupations doctrinales dépassées, au détriment de la vie des personnes». Ainsi, elle rappelle que le Saint-Siège n’a pas hésité à s’allier aux pays les plus réactionnaires – souvent des Etats islamiques, comme la Libye, le Soudan, l’Arabie saoudite, etc. – lors des conférences internationales du Caire, de Pékin ou de Johannesburg. CFFC réclame l’élimination pure et simple d’un statut dont le Vatican est aujourd’hui le seul bénéficiaire.

This article originally appeared in the 22 May 2003 edition of L’Express.